L'intérêt de l'enfant, les valeurs des parents

L’Abracad’Actu : comprendre l’agressivité chez l’enfant

L’agressivité est une pulsion naturelle chez l’enfant. Tout-petit, l’enfant exprime son mécontentement en tirant les cheveux, en mordant, en jetant des jouets et objets. Si ces gestes nous paraissent agressifs, il n’y a aucune intention de faire mal de sa part. Le tout-petit est en réalité très maladroit dans sa manière d’entrer en contact avec les autres.

On observe que c’est vers 2 ans que l’enfant a le plus de gestes et comportements agressifs. Il crie, se jette par terre, tape des pieds…

Entre 2 et 3 ans, l’enfant souhaite devenir de plus en plus autonome, c’est pourquoi il veut « faire tout seul » et crie parfois quand il n’y arrive pas ! À cet âge, l’enfant ne gère pas la frustration, le fait qu’on lui dise « non » et il ne sait pas encore partager, prêter. Alors il peut lui arriver de mordre, taper, pousser, griffer pour prendre ou reprendre un jouet.  Petit à petit, grâce au développement du langage, il apprend à mieux exprimer ses frustrations.

L’agressivité physique diminue entre 3 et 6 ans même si elle peut parfois prendre une autre forme comme les moqueries par exemple. Comme il sait davantage parler, l’enfant peut dire ce qu’il veut ou ce qu’il ressent plutôt que de frapper. Il devient progressivement capable d’intégrer les règles et de trouver des solutions « pacifiques » aux conflits.

Pour aider un enfant à être moins agressif, l’adulte doit rester calme et ferme. Il doit instaurer et rappeler régulièrement la règle : « c’est interdit de blesser les autres ». Le rôle de l’adulte est d’expliquer, d’aider l’enfant dans la gestion de ses émotions en les verbalisant (en mettant des mots sur les émotions), de l’encourager à trouver d’autres façons de faire.

Pour l’enfant qui est agressé, le rôle de l’adulte est de lui apprendre à s’affirmer pour ne pas subir la situation et à savoir répondre fermement, sans utiliser l’agressivité.

Comment prévenir l’agressivité ?

  • Les adultes sont des modèles que les enfants imitent. Montrons l’exemple !
  • Rappeler à l’enfant les comportements acceptables et inacceptables
  • Valoriser les réussites et progrès de l’enfant
  • Développer l’estime de soi. Si on fait confiance à l’enfant, il gagnera en confiance en lui
  • Raconter des histoires qui parlent des émotions
  • Jouer à faire semblant en expérimentant les différentes émotions, comme la colère ou la peur
  • Verbaliser les émotions

Si l’agressivité s’installe et devient le principal mode de communication de l’enfant (au-delà de 4 ans), une aide particulière peut être apportée aux parents par des professionnels.

Ce site utilise Google Analytics. En continuant à naviguer, vous nous autorisez à déposer des cookies à des fins de mesure d'audience. Pour s'opposer à ce dépôt vous pouvez cliquer ici.